Accueil Industrie Les Actus On ferme le nucléaire mais on prolonge le charbon

PARIS (MPE-Média) - Le gouvernement déclarer « confirmer sa trajectoire de sortie du charbon » mais annonce ce jour que la centrale à charbon de Cordemais pourrait être utilisée au besoin jusqu’en 2026 après avoir fermé Fessenheim l’an dernier. Cherchez l’erreur.

210709_CORDEMAIS

La centrale thermique au charbon de Cordemais (Source EDF)

 

Depuis le début du quinquennat, le Gouvernement voulait fermer progressivement les 4 dernières centrales à charbon de métropole pesant moins de 2% de la production électrique, mais 35% des émissions de gaz à effet de serre du secteur électrique français. Si Gardanne-Meyreuil et la centrale du Havre ont été arrêtées et la centrale de Saint-Avold cessera doit l’être en mars 2022, la Ministre de la transition écologique annonce que la centrale au charbon de Cordemais (Loire-Atlantique) pourra être utilisée ponctuellement durant les pointes de consommation pour quelques dizaines à centaines d’heures par an au maximum jusqu’en 2026, en fonction de la mise en route effective de l’EPR nucléaire de Flamanville.

« La loi Energie et Climat prévoit en tout état de cause une limitation drastique de son fonctionnement, à moins de 750 heures par an, soit moins de 10% de ses capacités. L’arrêt définitif se fera en fonction des préconisations de RTE, entre 2024 et 2026 », explique le service de presse de Mme Pompili, qui insiste sur le fait que « les unités de production au charbon de Cordemais peuvent être fermées une fois l’EPR de Flamanville en service, mais pas avant » pour éviter de fragiliser le système électrique de la zone Grand Ouest, reprenant ce qu’en disait RTE en 2018.

Échec du passage de Cordemais à la biomasse

« Dans son dernier bilan, RTE soulignait que la centrale de Cordemais serait nécessaire à l'approvisionnement de la région ouest au moins jusqu'en 2024 et la mise en service du réacteur nucléaire EPR de Flamanville en Normandie », poursuit le ministère, qui explique que EDF n’a finalement pas pu achever son projet de passage du charbon à la biomasse de la centrale ligérienne « compte tenu à la fois de l’évolution de son coût et du retrait, en avril 2021, de son partenaire industriel » (non cité NDLR).

« Ce retrait a en effet remis en cause non seulement l’équilibre financier envisagé (par EDF) mais aussi le calendrier, ne permettant pas une mise en service industrielle avant 2024 au mieux, alors même que l’objectif était de convertir la centrale de Cordemais pour la période 2022-2024 », ajoute le ministère.

La sécurité d'approvisionnement en électricité en jeu 

C’est donc « pour des raisons de sécurité d’approvisionnement de la région ouest et dans l’attente de la mise en service de l’EPR de Flamanville, que la centrale de Cordemais pourra être utilisée ponctuellement durant les pointes de consommation pour quelques dizaines à centaines d’heures par an au maximum. La loi Énergie et Climat prévoit en tout état de cause une limitation drastique de son fonctionnement, à moins de 750 heures par an, soit moins de 10% de ses capacités. L’arrêt définitif se fera en fonction des préconisations de RTE, entre 2024 et 2026, date à laquelle la sécurité d'approvisionnement du système électrique, notamment dans l'ouest, devient structurellement assurée sans la centrale de Cordemais. »

Pendant ce temps-là, Mme Pompili ajoute que « les énergies renouvelables bénéficient en 2021 d’un soutien financier de l’Etat de 6 milliards d’euros, en hausse de 25% en un an », avec un seul problème non dit par le ministère : Elles sont intermittentes et ont besoin d’une source pilotable pour répondre à la demande en électricité des français. D’où le maintien comme en Allemagne de centrales à charbon produisant du CO2, au lieu de revoir la place du nucléaire dans les priorités nationales et européennes pour éviter les émissions de CO2. Un sommet de double langage à la tête de l'État, que déplorent de nombreux usagers.

 

Christophe JOURNET

Rédacteur en chef de MPE-Média

 

Source : https://www.ecologie.gouv.fr/centrale-cordemais-gouvernement-confirme-trajectoire-sortie-du-charbon

Bannière_PAPREC_MPE_780 x 90

BANDEAU_PROMO_MPE_2017

Retour vers le haut
 

Commentaires non autorisés

Jeudi 16 Septembre 2021
Bannière
Identification



Hacking

 

Hacking

Votre publicité sur MPE-Média
contact@mpe-media.com

ou +336 60 58 89 26

Indice Rosamon

Indice Rosamon

Indice de confiance des
investisseurs à 12 mois

Liens commerciaux
Evènements MPE Média
se_module_calendrier_126 - style=default - background=postit
<<   202009<20218 Septembre 2021 >202110   >>202209
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      
126202109
Enquête de satisfaction
Votre avis sur nos contenus
 
La vie du site
Abonnés : 140
Nombre d'articles : 2429
Liens internet : 10
Nombre de clics des articles : 6824918
Visiteurs

Visites aujourd'hui901
Visites hier1189
Visites dans le mois18402
Total des visites1113835
Qui est en ligne ?
Nous avons 233 invités en ligne